Partager

La conception de produits et d’emballages à travers le temps

1960

À l’ère de la révolution industrielle

Premier écolabel national, l'Ange Bleu a été développé en Allemagne afin de comptabiliser et communiquer certains aspects de la performance environnementale d’un produit.

Conception pour la valorisation

Des outils comme la conception pour le désassemblage ou pour la récupération et le recyclage permettent aux designers industriels et aux équipes de conception de définir des pistes d’action pour valoriser des matières, mieux connues sous le nom Bouclage des flux de matières ou Design for Recovery (DfR).

1975

Crise énergétique

Design pour un monde réel, premier ouvrage de Victor Papanek, publié en 1971, a bouleversé les idées sur la conception industrielle. « Si le designer veut contribuer à la réinvention du monde, il lui faudra trouver - ou retrouver- le courage de se situer par rapport aux enjeux de la société : philosophie de la qualité, limites des ressources naturelles, identité culturelle, biotechnologies, déséquilibres démographiques, rapports Nord-Sud, et définir clairement son éthique. » Victor Papanek
La crise énergétique de 1973 (le choc pétrolier) a fait bondir le prix du pétrole à un point tel que l’industrie révise ses pratiques pour consommer moins d’énergie et, ainsi, réduire ses coûts.

Conception pour le contenu énergétique

L’approche énergétique est utilisée pour mesurer la consommation d’énergie, les rejets solides, liquides et gazeux. Destinée aux fabricants et aux distributeurs, cette méthode a été actualisée depuis, intégrant plus de critères de performance environnementale (Institut Suisse de l'Emballage).

1990

Approches multicritères

Développé en 1988 par TerraChoice, l'écolabel canadien « Choix Environnemental » est maintenant connu sous l'appellation « EcoLogo », depuis la fusion entre TerraChoice et Underwriters Laboratories (UL) en 2010.
Dans les années 1990, l’émergence du concept de développement durable juxtapose pour la première fois les notions de prospérité économique aux répercussions environnementales et sociales de l’industrie.
Fondé en 1992 aux États-Unis par Environmental Protection Agency (EPA) et reconnu mondialement, Energy Star est un programme qui promeut la performance énergétique de produits et de bâtiments.

Design écologique / Analyse du cycle de vie

La définition de critères environnementaux d'un produit ou d'un emballage en amont, dès la phase de conception, représente la meilleure façon de prévoir et de réduire les impacts environnementaux. Cette approche dite du « berceau au tombeau » donne lieu à différentes appellations en conception de produits et d’emballages, comme Design for the Environment (DfE) par exemple.

1994

La responsabilité élargie des producteurs

Le concept de responsabilité élargie des producteurs (REP) a été lancé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 1994. L’Allemagne, l’Autriche, la France et la Belgique sont parmi les premiers pays ayant mis en place des programmes nationaux de REP pour la gestion de produits et de déchets, tels que les équipements électriques et électroniques et les emballages et imprimés.

L’économie circulaire est définie (selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie en France) comme un « système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en permettant le bien-être des individus ».

La mise en place d’une économie circulaire repose sur une série d’approches, de stratégies d’affaires et d’outils qui peuvent être appliqués à diverses échelles ou à divers stades des chaînes de valeur, dont l’écoconception, l’écologie industrielle, la réutilisation, le reconditionnement et le recyclage, ainsi que la consommation collaborative et l’économie de la fonctionnalité.

Plusieurs pays ont développé des outils pour accompagner les entreprises dans leur démarche d’écoconception dans le cadre d’un programme de responsabilité élargie des producteurs (REP). Découvrez quelques exemples inspirants (liste non exhaustive).

L'Écoconception

  • Encourage la prise en compte des aspects environnementaux par les producteurs dès la conception;
  • Encourage la prévention de la production de déchets d’emballages à la source et stimule l’innovation;
  • Contribue à atteindre les objectifs publics de recyclage et de gestion des matériaux.

Canada
Éco Entreprises Québec

Éco Entreprises Québec (ÉEQ), est un organisme privé sans but lucratif responsable du financement des services municipaux de collecte, de tri et de conditionnement des contenants, emballages et imprimés au Québec dans une perspective de développement durable.

OptimEco.ca

Outil novateur basé sur des stratégies d'écoconception, des normes et standards reconnus internationalement pour répondre aux défis actuels en optimisation des emballages, OptimEco.ca vise à soutenir les entreprises faisant affaire au Canada dans la conception de leurs emballages et imprimés. De plus, ce portail reconnaît et promeut les démarches d'optimisation d'emballages et d'imprimés par le biais d'OptimAction, un outil interactif de visualisation et de communication des bénéfices, développé par Éco Entreprises Québec.

France
Eco-Emballages

Eco-Emballage est un éco-organisme français qui assure l’application de la responsabilité élargie des producteurs en matière de gestion de la fin de vie des emballages ménagers. Eco-Emballages travaille en collaboration avec les entreprises pour la diffusion de l'écoconception et la réduction des emballages, finance la collecte sélective et contribue à l’efficacité du système français, et informe le grand public sur le recyclage des emballages.

Bilan environnemental des emballages (BEE)

Depuis 2008, Eco-Emballages met à disposition des entreprises contributrices un outil d’évaluation méthodologique des emballages dans le cadre de sa mission de prévention des déchets d’emballages, par la promotion de l’écoconception fixée dans son agrément.

Cette méthode simple a été développée grâce aux conseils d’un groupe d’industriels et de distributeurs qui ont permis d’établir le cahier des charges de BEE. Les démarches compilées grâce à cet outil se retrouvent sur le portail « Réduction à la source », qui présente des actions de réduction à la source. À ce jour, le Catalogue des actions de réduction compte plus de 60 démarches d’optimisation d’une vingtaine d’entreprises.

Trophées ECOTOP

Les Trophées ECOTOP est une initiative lancée par Eco-Emballages en 2005 en partenariat avec l’Association des maires de France et l’École supérieure d’ingénieurs en emballage et conditionnement de Reims (ESIEC). Le ministère de l’Écologie et du Développement durable chapeaute le projet. Les Trophées ECOTOP ont pour mission de favoriser la mutualisation des initiatives et expériences nationales qui contribuent à l’optimisation de la collecte sélective en récompensant les collectivités locales les plus performantes, et à la mise en place de démarches de prévention d’emballages.

Adelphe

Adelphe est le deuxième éco-organisme français agréé par les instances gouvernementales françaises en charge de la gestion de la fin de vie des emballages ménagers. En 2013, Adelphe s’est associé avec l’organisation professionnelle Les entreprises du médicament (LEEM), représentant les entreprises du médicament en France, pour la publication d’un guide pratique pour l’écoconception d’emballages de médicaments : Éco-conception des emballages : comment aller plus loin? - Guide pratique - Acteurs du médicament.

Conseil national de l’emballage (CNE)

Groupes de travail (intelligence collective) : groupes multipartites qui se penchent sur divers sujets et problématiques relatifs aux emballages. L’objectif est de se pencher sur les problématiques environnementales des emballages, de produire des documents de références, des guides et des fiches techniques permettant de mieux comprendre et cibler les opportunités d’action sans prendre position en faveur d’un matériau ou d’un emballage.

Belgique
Fost Plus

Fost Plus est un organisme privé en charge de la gestion et du financement de la collecte sélective, du tri et du recyclage des emballages domestiques en Belgique.

Preventpack

Preventpack est une plate-forme électronique pour soutenir et stimuler la dynamique de prévention en emballage. Ce portail présente divers documents techniques, des capsules vidéo ainsi que plusieurs publications sur des thématiques pointues. On y découvre également une banque d’études de cas illustrant des mesures de prévention d’emballages.

Pack4Ecodesign

Pack4Ecodesign est un outil en ligne qui permet de mesurer l’empreinte environnementale d’un emballage basé sur la méthodologie de l’analyse de cycle de vie.

Pack4Recycling

Pack4Recycling est un outil en ligne qui permet aux entreprises de mesurer la recyclabilité de leurs emballages.

Royaume-Uni
Waste and Ressources Action Programme (WRAP)

WRAP est l’organisme responsable du Courtauld Commitment (CC), et est également un centre de recherche et de documentation scientifique et technique en emballage.

Courtauld Commitment

Le Courtauld Commitment (CC) est un engagement volontaire d’entreprises du secteur de l’alimentaire (produits de consommation courante) pour une utilisation plus efficiente des ressources tout en réduisant leur bilan de gaz à effet de serre (émissions de CO2), en lien avec le programme gouvernemental du Royaume-Uni sur le changement climatique.

La première phase du Courtauld Commitment (CC I) a été lancée en 2005 avec des objectifs de réduction du gaspillage alimentaire et du flux de déchets mis en marché, et focalisait uniquement sur le secteur de l’alimentation. La deuxième phase (CC II), lancée à l’hiver 2010, s’oriente davantage sur une approche basée sur le cycle de vie et est axée sur l’utilisation efficiente des ressources à travers tout le cycle de vie des produits emballés et des imprimés et ce, en engageant toutes les parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement.

Fort du succès de cette initiative, WRAP a lancé d’autres ententes volontaires avec divers secteurs d’activité comme les biens durables, les vêtements et l’industrie de l’hôtellerie.

Irlande
Repak • Prevent & Save

Repak, l’éco-organisme responsable du Packaging Waste Prevention Programme, possède un site Internet : Preventandsave qui présente un éventail de documents sur la problématique de l’emballage et sur la prévention. Les meilleures pratiques en termes de prévention d’emballages et de déchets d’emballages sont publiées sur ce site.

Australie
Australian Packaging Covenant

En Australie, les entreprises ont le choix d’adhérer à l’Australian Packaging Covenant (APC), une approche volontaire qui exige qu’elles adoptent les Sustainable Packaging Guidelines (SPG), directives sur l’emballage durable présentant des pistes d’action et des indicateurs de performance pour la mise en place de démarches d’optimisation d’emballages. Les entreprises doivent contribuer financièrement à l’APC.

Les entreprises qui ne veulent pas adhérer au APC et les resquilleurs sont obligés de se conformer aux National Environment Protection (Used Packaging Materials) Measures (NEPMS), des règlementations territoriales beaucoup plus contraignantes que les SPG de l’APC.

Sustainable Packaging Toolkit

En 2012 (ou 2013), l’APC a lancé un portail interactif, le Sustainable Packaging Toolkit (SPT) pour accompagner les équipes de conception dans leur démarches d’optimisation d’emballages.

Singapour
Singapore Packaging Agreement

À Singapour, le ministère responsable des questions environnementales a initié, en juillet 2007, le Singapour Packaging Agreement (SPA), une entente volontaire de cinq ans avec l’industrie. Auparavant limitée au secteur alimentaire, elle couvre, depuis 2009, tous les secteurs d’activité. Les entreprises doivent élaborer un plan d’action qui définit des objectifs d’optimisation d’emballages. Le SPA est toujours en vigueur et fait office de programme de REP pour les emballages; il présente chaque année les meilleures pratiques d’optimisation d’emballages.

Mondial
The Consumer Goods Forum

Le Consumer Goods Forum est un réseau indépendant, global et paritaire regroupant les acteurs du secteur des biens de consommation. Il réunit les dirigeants et cadres supérieurs de plus de 400 distributeurs, industriels, prestataires de services et autres parties prenantes issus de 70 pays, et reflète la diversité de l’industrie tant sur le plan géographique que sur le plan de la taille, du format et des catégories de produits.

Global Packaging Project (GPP)

Le Global Packaging Project a été développé par le Consumer Goods Forum en 2008. Projet très largement inspiré du Sustainable Packaging Indicators and Metrics Framework de la Sustainable Packaging Coalition (SPC), le GPP propose un éventail d’indicateurs et d’attributs pour l’évaluation de la performance environnementale des emballages de produits. Chaque indicateur est accompagné d’une définition, d’une formule de quantification et d’exemples. Ce document répertorie les concepts, les définitions et les indicateurs pertinents dans la conduite d’une démarche d’optimisation d’emballages.



Abonnez-vous à l'infolettre
de Éco Entreprises Québec

success.newsletter.subscribe

error.newsletter.subscribe